Continuité pédagogique

Enseigner/apprendre une langue vivante avec un masque

Cet article prend appui sur des échange récents menés avec plusieurs d’entre vous ainsi que sur la réflexion engagée avec les professeurs stagiaires, dans ce contexte de rentrée si particulier pour vous tous, a fortiori pour les collègues qui entrent dans le métier, autour de l’enseignement et de l’apprentissage d’une LVE avec un masque.

Voici la synthèse qui peut être dégagée de tous ces échanges :
Chacun peut remarquer que le port du masque, en ne permettant pas « l’irradiation » de la voix comme c’est le cas en temps normal, réduit de fait sa portée. Par ailleurs, la perte d’ancrage visuel contribue souvent à brouiller la communication.
Ce constat conduit à formuler quelques points de vigilance auxquels les enseignants de LVE sont amenés à porter une attention particulière et auxquels ils pourront également chercher avec profit à sensibiliser leurs élèves.
Les quelques pistes suivantes, loin d’être exhaustives, peuvent ainsi nourrir notre réflexion commune :

  • la nécessité d’accorder une attention encore plus grande que de coutume à la modulation de la voix et à ses intonations ;
  • une articulation accrue entre l’expression verbale et la communication non verbale ;
  • une sensibilisation précoce et accrue des élèves à l’importance de « joindre le corps à la parole », autrement dit, à l’intérêt de se tourner systématiquement vers son/ses interlocuteurs pour accompagner le message en situation de communication ;
  • une attention particulière à la durée de sa propre prise de parole dans un souci d’économie (physique) et d’efficacité, la concentration des interlocuteurs (les élèves) pouvant être altérée par la perte d’ancrage visuel ;
  • l’alternance des phases d’apprentissage et le rythme de cette alternance. De fait, la perte mutuelle d’accroche visuelle rend plus indispensable encore la nécessité de s’assurer de la compréhension et de l’engagement des élèves. En ce sens, les phases récapitulatives, les pauses réflexives, à l’oral comme à l’écrit, en classe entière comme en groupe méritent d’être davantage explorées encore.
  • N’oublions pas bien sûr la plus-value que peuvent constituer les outils numériques notamment les logiciels d’enregistrement et les outils nomades.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)